San Diego…Arriiiiva !

 

DSC02877

 

Non, s’il vous plait, ne me jetez pas au buchée ! Oui car j’avais promis de faire un minimum de 2 articles par semaines et j’en suis quelque peu loin. Je vais avoir un peu plus de temps maintenant, alors préparez vous à revenir souvent !
Actuellement, je suis dans le train pour Chicago, 50h de train qui m’attende, avec rien d’autre à faire que lire, écrire des articles, manger, dormir, contempler et parler. Bon évidemment, ce sera l’objet d’un article en soi cette traversée. Mais quand vous lirez cet article je serai à Chicago, car je n’ai pas la WIFI dans le train (aah le chauffeur vient d’annoncer qu’on arrive à Reno dans le Nevada, ça y est j’ai définitivement quitter la Californie).
Revenons quelques semaines en arrière (oui 3 semaines en arrière). Après avoir quitté les Gleanings (mon help exchange) et avant de rejoindre les deux autres français à Los Angeles, avec qui j’allais/devais passer 3 semaines (suite dans un autre article), j’ai décidé de passer 3 jours à San Diego. Alors quand j’avais un peu préparé mon voyage, San Diego n’était pas vraiment sur la liste des villes que je voulais voir. Alors autant vous dire que je suis arrivée là-bas en ne sachant absolument rien de cette ville et des choses à faire. Et jusqu’au bout, je ne voulais pas regarder sur internet, juste arriver sur place et voir. Par contre ce que je savais, c’est que San Diego est à seulement 30 min du Mexique, c’est la deuxième ville de Californie et la 8ème ville des USA. Pas mal hein ?

DSC02867

Paysage sur la route

Je suis partie de Fresno, la grande ville qui se situe à environ 40 min de mon help exchange, pour San Diego. Alors évidemment, comme n’importe quel trajet en Californie,vous êtes obliger d’avoir un transfert à Los Angeles. Passage obligatoire.

DSC02879

J’avais environ 5h de bus jusqu’à L.A puis 2h jusqu’à San Diego, en tout 7h de bus. Après avoir traverser de sublime paysages du côté de Bakersfield, et après avoir dormi pendant 2h, j’arrive à Los Angeles…en retard ! Merci Greyhound ! J’ai failli louper à une minute près mon transfert pour San Diego. Pour aller à San Diego depuis Los Angeles, la route la plus utilisée est la interstate 5. Ouais, je fais bien de préciser la plus utilisée. Tellement utilisée qu’au lieu de mettre 2h, j’ai mis 5H30. 10h30 en tout de bus, j’étais vraiment très fraiche.
Ma couchsurfeuse à San Diego est venue me chercher en voiture, car prendre le taxi vers 19h dans ce coin de San Diego, pour elle ça craignais (sincèrement ça craignait pas, mais les américains sont comme ça, et puis faut dire que ça me dérangeais pas d’économiser le taxi). Elle est venue me chercher dans une voiture high-tech sortie tout droit d’un film de science fiction, où tu parle à la voiture pour mettre une musique, où il y a une lumière bleu pour éclairer les sièges, c’était marrant. Bon je me suis dit que l’appart’ devait être pas trop mal en voyant la voiture. Et effectivement, son appartement est situé dans le quartier de Golden Hill à San Diego, un quartier vraiment calme, résidentiel, où des gentilles mamies promènent leurs chiens, où les gens ont des toutes petites maisons décorés façon hippies, où tout est hyper fleuri, plein de verdure. J’adore ! Par contre, comme je vous l’avais dit dans mon premier article sur San Francisco, méfiez vous quand vous voyez « Hill » dans un nom de quartier, ça sonne toujours mauvais pour les backpackers qui savent que le temps sera venu de marcher avec 15kg sur le dos en remontant ces collines (=hills) incroyables !

DSC02888

Bref, ma couchsurfeuse s’appelle Christine, a 28 ans et travaille dans l’informatique. Elle habite à San Diego seulement depuis 6 mois, et a grandi, fait ces études et tout ça du côté de Palm Springs en Californie. Enfin, elle m’a avoué (ouais je suis trop fière car mon anglais était au top à ce moment là, alors j’ai pratiquement tout compris sa vie) que les études ce n’était pas trop ça, alors elle s’est formée toute seule, en autodidacte dans l’informatique. Elle adore son boulot, elle adore San Diego, et elle adore la Californie. Elle m’a dit « tu vois, ce que j’aime en Californie, c’est que tu trouves tout les paysages et les types de climat en un même état : les montagnes (la Sierra Nevada), le désert (la Death Valley et Joshua Tree) et la mer (je vous laisse devinez) ». Et mince alors, j’avais pas encore réalisé, que effectivement, la Californie est un des seuls états et une des seules régions au monde où tu trouve tout les climats. Wahou, j’ai trop de chance !

DSC02895
J’avais promis à Christine de lui refaire de la ratatouille (oui je deviens une spécialiste), donc elle m’enmène dans un Trader Joe’s. Ah oui, les français ne connaisse pas, bon je vous avoue que moi non plus, avant de venir ici. Walmart okay, mais Trader Joe’s, inconnu au bataillon des supermarchés. Et bien, ce supermarché a été une super visite en soi, et j’ai eu les meilleurs produits que je puisse avoir. Les Trader Joe’s ne sont pas des magasins bios à proprement parler, mais ils vendent pratiquement que des produits sains et des produits locaux. J’achète donc mes légumes pour Christine, et je m’achète aussi des bagels avec du chocolat au lait bio. Mon Dieu ! Je n’avais jamais mangé un chocolat aussi bon de ma vie ! Oui même les Jeff de Bruges et autres ne peuvent pas égaler cette somptueuse tablette de chocolat à 2$ ! Si vous voulez bien manger aux USA, c’est cher. Bien manger, je veux dire, manger des fruits, des légumes, des céréales complètes. Vous trouvez de tout, en bio en particulier (il y a énormément de supermarchés bio, surtout en Californie), avec des très bons produits, et avec un choix incroyables, mais c’est chers, même très chers. Par contre, vous pouvez avoir 1L de coca à moins de 1$, manger un menu au MacDo (boisson illimité, frites, burger) pour 5$ (soit environ 4.5€), et mangez de la viande très bon marché. C’est toute la contradiction (d’ailleurs c’est permanant ici) des Etats-Unis. Les obèses n’ont aucun complexe à venir avec 120 kg sur eux manger un fast-food. Bref, je ferai un article sur les habitudes alimentaires des Américains, ça vaut le coup !

 

DSC02912
Bref, Christine, elle, est comme moi. Elle aime bien manger, manger des bons produits, faire la cuisine, prendre le temps, manger bio, végétarien de préférence. Elle pratique la méditation gratuitement dans un centre bouddhiste à San Diego avec qui elle va nourrir quelque fois par semaine les très très très nombreux SDF. Ca aussi c’est complètement fou ! Dans toute les villes américaines que j’ai faîtes jusque là, le nombre de SDF est juste incroyable. La plupart des SDF sont des afro-américains, soit dit en passant. Dans chaque rue vous en trouverez au moins un. La plupart ont environ 40-50 ans, quelques fois des jeunes. Beaucoup sont handicapés, d’anciens militaires. Enfin bref, l’armée les utilisent, les pourrit et les jettent. Leurs pensions ne leurs permets pas de vivre correctement. J’ai toujours eu de bon contact avec eux, ils me souhaitent une bonne journée, chantent des chansons, demandent de l’argent, me demandent d’où je viens. Bref, je ne me suis jamais sentie en insécurité avec eux, au contraire. Anyway, vous voulez voir ce que c’est que le rêve américain ? Allez à Los Angeles, à Tenderloin à San Francisco ou dans le downtown de San Diego. N’évitez surtout pas ces quartiers comme le préconise les guides touristiques, non au contraire allez-y pour voir l’autre facette des Etats-Unis.

Christine a été une hôte fantastique. Elle a pris toute une journée pour me faire visiter San Diego et les plages. Ben oui San Diego sans ses longues plages, sans ses surfeurs, sans ses stations de sauvetage comme dans « alerte à Malibu » ce n’est pas vraiment San Diego. Donc on est allée à Ocean Cliffs et Oceanside. Deux plages, à quelques minutes en voiture l’une de l’autre, mais complètement différentes. La première, est bordée de falaises, de grosses pierres et d’endroits vertigineux. C’est magnifique !

DSC02904

DSC02915

 

Pas vraiment de plage, enfin si, mais difficile d’accès (ce qui rend l’endroit encore plus beau), c’est surtout le coin des surfeurs et autres amoureux des vagues. Christine m’a fait découvrir un peu molusque vraiment bizarre. Il y en avait pas mal dans les creux des roches. Quand tu mets ton doigt sur lui, il te l’aspire. Enfin, façon de parler, ça fait un effet un peu ventouse. Elle m’a dit le nom en anglais, mais vous vous doutez bien que je l’ai absolument retenu ! La deuxième est une plage de sable blanc avec des terrains de volley, et pleins de magasins touristiques.

DSC02962

L’après-midi, on est allé au spring busker festival. Ah là, sortez vos dictionnaires ! Busker veut dire « artistes de rues » ou saltimbanques. C’était un festival gratuit dans le Seaport de San Diego. J’ai vu un mec qui jonglait avec des verres en plastiques mais qui faisait croire que c’était du verre, une nana qui jonglait avec du feu qui venait du Colorado et qui a fait 30h de bus Greyhound pour venir (c’est ça qui m’a le plus choqué), un chinois pro du diabolo, et un magicien qui avalait des quantités de tissus et impossible de savoir où ça partait.

DSC02995

San Diego, ça été vraiment une bonne surprise. On doit se sentir en vacances tout le temps. La température moyenne durant l’année est de 20°C. Le bonheur ! Le soir même, Christine a invité deux de ces amis, un couple gay à venir manger. Elle me l’avait pas dit (je pense qu’elle m’a fait une surprise) mais un des deux, a vécu presque 3 ans en France et donc parle bien français (avec un très gros accent). Christine m’a avoué que quand elle lui a dit que j’étais française, il était tout excité, car depuis qu’il est revenu aux USA, il ne l’avait pas pratiqué. Le couple était vraiment super sympa, on a bien discuté. Je leur ai préparé cette fameuse ratatouille, ma couchsurfeuse a adoré, elle s’est resservi 3 fois. Moi aussi d’ailleurs. Le mec qui a passé 3 ans en France (oui je me souviens plus de son nom), m’a dit que ce qu’il préférait là-bas, c’était que nous les français on prenait le temps. Et là, ça fait un mois et demi que je suis aux USA et je confirme ce fait. Je le confirme surtout par rapport à la nourriture. Si vous voulez avoir une image typique de l’américain de base, que j’ai croisé je ne sais combien de fois dans la rue : un Iphone dans la main gauche, un starbucks dans la main droite. « Mais, pourquoi tu prends pas le temps de le boire ton starbucks ? Je sais pas, assieds toi, et pis … pose cet Iphone ! Oui ben tu téléphoneras plus tard ! Comment ça t’as pas le temps ? Et ben prends le ! » Le genre de phrase que je pense très fort et que j’aurai envie de leurs balancer, mais bon je peux pas parce qu’ils ont toujours le sourire aux lèvres et sont toujours hyper agréables et polis !

DSC03002

Le lendemain Christine va voir sa mère, et me laisse les clés de l’appart. J’ai une journée complète devant moi et je peux faire ce que je veux ! Alors je vais au Biloba Park, connu pour abriter le célèbre zoo de San diego, mais bon ? voir des animaux en cage, non merci. Je vais à pieds jusqu’au parc, qui est à environ 30 min de marche. Mais le parc est juste énorme. Tout les parcs des grandes villes américains sont des poumons dans la ville : ils sont très grands, abritent souvent des jardins botaniques, des musées, des attractions. Donc pour faire le tour du parc, j’en avais au moins pour 2 à 3h. C’est ce que j’ai fais, mais je me suis arrêtez évidemment. Je suis allée au desert garden, un jardin où pousse des plantes désertiques (vous l’aurez deviné), j’ai voulu aller au seul musée gratuit du parc mais il venait juste de fermer quand je suis arrivée, j’ai donné 1$ à un guitariste qui chantait ma chanson préférée, j’ai mangé mon premier burger…végétarien, j’ai fini les frites d’un mec qui les avait pas fini, j’ai entendu parler plus espagnol qu’anglais et j’ai eu le sentiment que tout était parfait, tout le temps.

DSC03023

DSC03049

Le lendemain, mon bus pour aller à Los Angeles mon bus était à 13h. De Golden Hill au downtown, il n’y a pas de bus (enfin si mais il allait pas dans ma destination), pas de taxi qui passe, et deux grosses collines, 45 min à pieds, 20kg avec moi. Etat des faits. Bien, préparation psychologique faîtes la veille, je pars pour 45 min de marche jusqu’à Greyhound. La première colline est horrible, la pente fait 45°C, et je sais que j’en ai encore d’autres qui m’attendent. Mais allez, je me remotive, j’y vais d’un pas ferme, motivé ! Et là, encore un miracle, une dame, quand je commence à monter la pente me sort la phrase divine « Do you need a ride ? » (Avez-vous besoin que je vous enmène ?) ! Oh yes ! Ma sauveuse allait dans le downtown pour refaire son passeport car elle se les fait voler au Mexique. Elle m’explique qu’elle est dans une association chrétienne qui aide les pauvres là-bas. Je lui parle des Gleanings mais elle ne connait pas. Bref, après l’avoir remercier au moins 6 fois, j’arrive à Greyhound station…avec 1H30 d’avance, mais avec un dos heureux, qui ne sera pas en compote de pomme… pour cette fois !

DSC03051

PS : Petite anecdote. En arrivant le premier soir sur San Diego, Christine reçoit un message de Los Angeles de sa cousine, qui dit qu’il y a eu un séisme de magnitude 5.1. Décidément, déjà le 3ème depuis que je suis ici. Elle m’explique qu’eux, les Californiens, sont habitués depuis tout petit à ça, et que donc ça ne les inquiète même plus. Il y a environ 400 par an en Californie (ça c’est mes recherches). Elle m’a montré le kit de survie que doivent avoir tout les californiens dans leurs maisons, qui comprends de la nourriture déshydratés, une couverture de survie, et autre lampe torche et trucs de secours. Elle me dit d’un air tranquille, « si il y en a un ce soir, essaie de pas rester vers l’étagère, ou vers quelque chose qui peut s’effondrer, sinon ça risque de faire mal ». Et elle m’a dit ça sur la même tonalité que si elle me disait « bon ben voilà, là c’est les toilettes, et là la cuisine ».

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s