Retour à San Francisco et chasse aux billets gratuits pour le concert de Lana Del Rey

Un titre aguicheur et attrayant n’est-ce pas ? En tout cas je reçois pas mal de visite et d’e-mail très sympas, alors je voulais déjà vous remercier pour suivre mes aventures et faire durer mon envie de partager.

San Francisco. Bon après plus d’un mois passer en Californie, des fois on a la sensation de se sentir un peu chez soi. Et ce sentiment s’est très largement amplifié quand je suis retournée à San Francisco. Toute suite une joie m’a envahi dans la voiture, et ça y est je me sentais chez moi. Je n’ai pas trouvé l’homme de ma vie, mais j’ai trouvé San Francisco. Bon okay, c’est peut être moins romantique, mais je suis complètement tombée amoureuse de cette ville, complètement. En arrivant j’étais comme super fière de connaître les rues, et savoir me repérer, de revenir à Tenderloin, de revoir les sourires de certains sans abri, de sentir l’atmosphère brute de ce quartier, de revoir les « hills », ah mon Dieu, San Francisco quoi ! Même maintenant à Montréal, je suis encore super euphorique quand on me demande de parler de la Californie et de San Francisco. J’aime cet endroit, j’aime ses gens, j’aime cette sensation de légèreté qui plane, j’aime son ouverture, sa tolérance, son passé, ces couleurs, sa diversité, ses paysages, ses routes, ses quartiers, ces sourires. Je n’ai pas retrouvé ça dans le reste des Etats-Unis, ou du moins pas autant. La Californie c’est vraiment appart et je me suis vraiment sentie bien, comme chez moi.

DSC04271-001

Bref, on rejoint Keylsey, la couchsurfeuse, qui est devenue une amie, qui m’a déjà hébergé un mois auparavant (oui rappelez vous, la militante anti américaine née au fin fond du Kentucky). Elle était super contente de me voir, on s’est littéralement sauté dessus. J’étais tellement dans une bonne et belle énergie à ce moment là, j’étais dans la plus belle ville des Etats-Unis, il faisait super beau, je retrouvais une amie et…Lana Del Rey, ma chanteuse préférée, venait à San Francisco le soir même à quelques minutes de l’appartement de Keylsey.

DSC04161

Alors il faut que je vous explique le commencement. Lana Del Rey, je suis vraiment fan, mais vraiment. Je voulais la voir à Paris, mais j’ai pas pu. J’ai checké  (ça y est je parle comme les québécois, oui en ce moment je suis à montréal) toutes ces dates de concert et j’étais même prête à allez en Allemagne pour la voir, mais les billets sont partis très vite et le reste étaient hors de prix. Bref. Et un beau jour de février (donc avant d’entamer mon voyage), je vois sur sa page facebook qu’elle va faire quelques dates dans l’Ouest américain en avril, à San Francisco, Phoenix et Vegas. Je regarde pour ces 3 dates, et elle vient à San Francisco pile les deux jours que j’ai prévu pour prendre mon train pour ma traversée. C’était vraiment un signe ! Bref, l’ouverture des billets se fait à l’horaire californienne  et moi, encore en France, je suis arrivée une heure en retard et les billets sont partis en 15 min pour San Francisco. On peut les acheter sur un marché noir genre de site web, mais les premières places se vendaient à 90$ (alors que le prix d’origine est moitié moins).

DSC04162

Bref, j’ai toujours gardé dans un coin de ma tête, la possibilité de « Lana Del Rey à San Francisco, j’irai». Un autre signe c’est que j’avais pas du tout prévu de retourner chez Kelsey avec Kelly car je sais qu’elle ne pouvait accueillir qu’une personne chez elle (elle a un petit studio), mais vu que c’était moi, elle a accepté que Kelly vienne aussi. Elle habite seulement à 10 min à pieds de la salle de concert. Donc en arivant chez elle, je lui explique ma mission : trouver un billet gratuit pour voir Lana. Elle rigole, et me dit « okay why not ! », avec un air « j’aime ta folie, mais tu vas un peu perdre ton temps ». Alors je lui explique que je connais une bloggeuse qui fait des pancartes avec marqué « french girl gives a smile for a free ticket » (=française donne un sourire contre un ticket gratuit) et que ça marchait 70% du temps, alors pourquoi pas moi ? Je fais ma pancarte et je rajoute ma touche perso : « french girl gives  a BIG smile for a free ticket ». Kelsey me dit qu’elle ne croit pas en la charité américaine, mais qu’elle croit en moi. Je lui dis que je pense que la générosité c’est un caractère de la nature humaine peut importe la nationalité et elle me répond « ouais, sauf chez les Américains ! ».

10154219_10202728133897208_1599980032729892927_n

Bref on l’accompagne à la bibliothèque de San Francisco (super d’ailleurs) où elle fera des recherches sur l’économie et la politique (une vraie militante passionnée, je vous l’dit !). Puis avec Kelly, ont repart du côté d’Alamo Square et ont passe prêt de la salle de concert. Il est environ 15h. Il y a déjà des milliers de personnes qui attendent. Ma pancarte dans mon sac, j’ai décidé de revenir vers 18h pour commencer ma chasse aux billets gratuits. Mais quand même, en voyant cette foule, j’ai un coup de stress en me disant « bientôt tu devras prendre ta pancarte, demander au culot un billet gratuit alors que les gens l’ont payé et assumer de t’afficher avec une pancarte devant des milliers de gens ». Gloup, gros stress vraiment. Et puis ont pars vers Alamo Sq, puis ont reviens et on décide de s’assoir dans l’herbe et regarder la foule exitée pour le concert. Je demande à Kelly, si elle ne veut pas le faire avec moi (car elle aime beaucoup Lana aussi), mais hors de question pour elle. Elle me dit « par contre si t’as deux tickets en plus tu me le dis ». Et elle ajoute « toi, avec la chance que t’as, je suis sûre que tu vas en trouver un ». Ce serait donc une question de chance ? Mouais, ça me rassure pas moi, je pense plus que la chance ça se provoque, ça tombe pas du ciel.

DSC04166

Kelly décide de rentrer et je me retrouve seule devant cette masse. Que faire ? « Non mais Sarah t’es complètement tarée ma pauvre, demandez un billet gratos, faut être vraiment timbrée », ouais mais d’un côté je me dis « y’en a forcément un ou une, sur ces 6000 personnes qui ont un ticket en extra et qui seront tout content de le donner à quelqu’un qui dégage quelque chose de sympathique ». J’essaye au bout de la file, sans sortir ma pancarte, juste en  demandant « excusez moi, vous n’auriez pas un ticket en plus par hasard ? », les gens me regardent d’un air désolé mais en même temps un peu indigné et me répondent « no, sorry ». Bon je l’ai fait 2 ou 3 fois et je sens que ma technique n’est pas la bonne. Non, Sarah, c’est vraiment le moment de sortir et d’assumer ta pancarte.

DSC04276

Bon avant de me lancer, j’ai une soudaine envie d’aller aux toilettes, très pressante (bon si j’ajoute ce détail qui peut paraitre inutile dans le récit, c’est qu’il a eu son importance), et ceux de la bibliothèque sont fermés, restent seulement ceux du Burger King. Je me pointe là-bas et un mec de la sécurité fait signe de montrer le ticket de caisse car sinon on ne peut pas accéder aux toilettes sauf…pour moi où, pour je ne sais qu’elle raison, il me laisse passer, sans consommer. Okay, parfait ! Puis en ressortant, je me remotive en me disant « j’irai la voir, j’irai la voir ! » et à ce moment là je mets à sourire et un type dans la rue me dit direct « nice smile » (=joli sourire) et là je me dis que c’est un gros signe (oui puisque je cherche un ticket gratuit contre un énorme sourire). Bon oui, je suis très signe moi, mais je crois qu’un moment donner la vie nous envoi des signes qui nous pousse à nous conforter ou pas dans un choix. Et là, si les toilettes du burger king était payante, ça veut dire que j’aurai été obliger d’aller beaucoup plus loin et du même coup à perdre ma motivation. Bref, allez je sors ma pancarte, ça y est j’assume ou du moins je dois. Je vais vers les premiers arrivant, principalement des jeunes voir très jeunes fans qui attenden depuis le matin. Les gens trouvent ça trop amusant, et me prennent en photo, j’ai même eu le droit à un « tweet ». Mais personne n’a de tickets, bon ça aurait été trop facile ! Une fille me dit « you’re nothing to loose so just do it” (= tu n’as rien à perdre alors vas-y fait le !). Et mais oui ! C’est vrai ça, j’ai absolument rien à perdre, donc au pire du pire, je n’aurai pas de tickets mais j’aurai passé un bon après midi à discuter avec des gens, à les amuser, à donner des sourires, voilà le pire qu’il peut m’arriver !

Regain de motivation, je m’en vais pleine d’énergie demander mon ticket. Je rencontrerai toutes sortes de personne, amusés, indignés (quoi ? Moi je l’ai payé 120$ et toi tu le veux gratuit ?), attendris, empathiques, indifférentes,… J’ai même rencontré un gars qui m’a dit que je n’étais pas une vraie française tout ça parce qu’il trouvait que j’avais trop l’accent américain quand je parlais anglais! C’est la meilleure ça (et c’était plus un compliment pour moi qu’un défaut). Bref, il est 20h, les portes s’ouvrent, les gens se précipitent à l’intérieur de la salle, et moi je décide de rester près des grilles où rentrent les gens, belle stratégie. Un gars au marché noir, me propose 180$ la place, et c’est « son meilleur prix ». Je rigole et je le provoque en disant que moi si ce n’est pas gratuit, je ne prends pas !

Je commence un peu à me dire que j’ai passé un bon après midi mais que je n’aurai pas mon billet. Je garde quand même mon afficheret essaye de montrer mon plus beau sourire et de m’amuser comme je peux. Un gars, me dit qu’il a vu un mec il y a quelques jours, jouer de la guitare et avoir une place gratuite pour un concert ici et il me dit « je pense que sincèrement tu peux y arriver ». C’est fou comme des petites phrases comme ça, peuvent te remotiver.

20h20, une dame s’approche de moi et me donne un énorme calin. Wahou, on me l’avait pas encore faîte celle là. Et elle me dit en anglais « voilà je t’avais aperçu tout à l’heure avec ton affiche, et bien voilà maintenant il est pour toi ». Quoi, quoi ? Et elle me tend le fameux sésame. Pas de temps à perdre, elle me prend par le bras et on court pour être dans la salle, juste le temps de prendre une photo, de l’embrasser, la remercier de tout mon cœur, et de courir. Elle m’explique juste avant qu’une de ses amies n’a pas pu venir au dernier moment et que je peux la remercie elle. Merci l’amie et surtout merci à ma donneuse du nom de Hannah (oui je m’en souviens encore !). Mon Dieu, je suis en plein délire émotionnel, tout est allé si vite, et wahou j’ai réussi !

DSC04168

Le concert passe vraiment très vite, en même temps Lana Del Rey n’a chanté qu’une heure. Je suis pas vraiment devant mais j’arrive à l’apercevoir malgré la foule de téléphone portable et appareil photo lever dans les airs. Elle chantera ces plus beaux titres, notamment « young and beautiful », la B.O de « Great Gatsby » et sa dernière chanson de son nouvel album « west coast » (= côte ouest, en anglais, ça tombe bien non ?).

DSC04216 DSC04208 DSC04200 DSC04184

Je suis tellement heureuse, je retourne toute folle et fière chez Kelsey. Kelly n’en revient pas mais en même temps elle me dit « toute façon, c’était sûr, t’as toujours de la chance ». Et je dis à Kelsey, « bon j’espère que j’ai réussi à te faire changer d’opinion sur les américains maintenant ?! » et elle me répond « okay but just a little bit » (= ouais, mais juste un petit peu). On passera la fin de soirée à boire de la bière et à jouer de la guitare (bon faut vraiment que je trouve d’autres chansons à jouer que Kyo). San Francisco, je t’aime, ce n’est qu’un aurevoir !

Une réflexion sur “Retour à San Francisco et chasse aux billets gratuits pour le concert de Lana Del Rey

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s