Los Angeles, PART 1 : Sony Studios, Venice and NCIS !

DSC03064

Après San Diego, je suis partie pour L.A. Oui Los Angeles, la ville où je suis passée au moins 3 fois, entre mon avion, mes transferts de bus et où je ne me suis jamais vraiment arrêté. Alors ça y est j’ai une semaine devant moi dans cette immense ville. Je dois rejoindre deux autres voyageurs français, Kelly et Guillaume, que j’ai rencontré via un forum de voyage pour faire un bout de chemin avec eux durant environ 3 semaines. On a loué des logements via le site AirBnb (des particuliers qui louent des logements avec des prix très attractifs) et le premier se situe dans le quartier de Venice Beach, au bord de la mer. J’expérimente les transports en commun à Los Angeles. J’ai entendu tellement de mal par rapport à ce réseau, sur des blogs ou des forums de voyage, que je veux le tester et me faire mon propre avis. Verdict ? Après avoir utilisé les transports en commun pendant 1 semaine à Los Angeles, et bien c’est un des meilleurs réseaux de bus ! Il dessert toutes les rues, tous les coins, tout le temps. Alors oui c’est long, car le bus n’emprunte pas les freeways (Los Angeles est entouré de freeways, sorte de voie rapide que les gens prennent pour aller plus vite). Donc gros coup de gueule contre ces touristes qui veulent visiter Los Angeles en 2 jours et faire le plus de choses en possible en n’utilisant exclusivement la voiture. La voiture, déjà ça coûte cher. Entre l’essence, la location et les places de parking et ça pollue. Ensuite, ça empêche les rencontres, oui car dans le bus on en fait toujours pleins ! Et en plus, ça ne permet pas de voir comment vive les locaux. En gros la voiture, c’est chiant et ennuyant. C’est bien pour les parcs nationaux (enfin c’est indispensable même), mais pour les villes, oubliez !

DSC03231
Donc de Greyhound Station à L.A à Venice beach, j’en avais pour 1H30 de bus. Sincèrement, le rapport au temps en voyage est complètement différent. On peut croire que c’est beaucoup, mais ça passe vite, car on arrive dans des nouveaux endroits, on contemple, on observe, donc tout passe très vite (je peux déjà vous le confirmez avec le train, 22h que je suis dedans et c’est passé très vite). Je vois le Hollywood sign quelques secondes et ça suffit pour m’émoustiller, oui ça y est je suis bel et bien à L.A, ville du cinéma. La station Greyhound à L.A est réputée pour être dans un quartier craignos. Alors encore une fois, je me suis pas du tout sentie en insécurité. Certes, on se croirait dans le Tiers-Monde, avec des gens assis sur des chaises en plastique à boire du thé, à faire la manche, à errer, à sourire, à rire, oui le downtown ce n’est pas Malibu, je vous le dis ! Petite anecdote, en attendant mon bus pour Venice Beach dans le downtown, j’ai sorti de l’argent (le bus est à 1$50), et j’ai fais tomber un billet de 1$, que je n’avais pas remarqué. Un monsieur m’a rattrapé pour me le redonné. Craignos, vous dîtes ? Ou c’est que j’ai vraiment toujours de la chance (non à vrai dire je crois beaucoup à la loi de l’attraction : si tu es positif, tu attireras des gens et des situations positives).
Je n’avais aucune attente par rapport à L.A. Cette ville ne m’a jamais fait rêver, je n’ai rien attendu d’elle, j’étais juste curieuse de ce qu’elle pouvait m’offrir, et voir si le mythe autour de cette ville méritait son titre. Donc j’arrive à Venice Beach, quartier très sympa avec de toute petites maisons, hyper colorées, ambiance bord de mer et bohème, tag sur les murs, des gens qui roulent en vélo…J’aime bien ! J’attends Kelly et Guillaume qui arrive avec du retard à cause du temps d’attente à l’immigration. On loge dans une caravane à 10 min de la plage, parfaite, très propre. Le soir on se balade au bord de la plage, il fait froid, un vent glaciale, mais on assiste au coucher du soleil alors j’oublie tout. C’est magnifique, comme sur les photos que j’avais pu voir. Sur les plages, sur le bord de mer, traînent, dorment, chantent, de nombreux sans abris. Nombreux comme une trentaine en l’espace de 30 min de marche. Ils nous souhaitent la bienvenue, un nous dit qu’on est des « amazing people »(=des gens incroyables), ça sent la Marijuana à plein nez. D’ailleurs oui en Californie c’est dépénalisé et autorisé en prescription médicale (implicitement c’est autorisé tout court quoi). Bienvenue à Venice Beach !
Avant de partir, on avait décidé d’acheter une carte (GoCard), avec laquelle on pouvait faire plein d’attractions, de visite, illimités pendant 3 jours. Oui, on est à Los Angeles, donc passer à côté des studios de cinéma, et tout ce qui tourne autour serait dommage. Mais ces visites sont chers, voir très chers, donc on décide de prendre cette carte qui nous a couté 125 euros et qui nous a permis d’économiser plus de 150 euros !

DSC03089 DSC03094

Le lendemain on va donc visiter le premier studio de cinéma, le Sony Pictures Studio à Culver City (à environ 30 min de bus de Venice Beach). Columbia Pictures (vous savez, son symbole c’est une femme qui tient une lampe torche type statue de la liberté) est affilié à Sony depuis un certains nombres d’année (j’ai pas retenu le nombre). Parmi les films produit par Sony, il y a le fameux film sur Gandhi, Men in Black, ou encore récemment Blue Jasmine de Woody Allen. Les studios, comme tous les studios de cinéma, sont des gros blocs de bétons répartis en « stage » (=scène), chaque « stage » à sa particularité. Il y en a qui ont des équipements spéciaux, type jais d’eau pour faire les effets d’une tempête dans une scène d’un film, ou autre, (oui moi naïvement je croyais qu’il attendais parfois les jours de pluie pour tournée une scène). Donc les stages sont des studios intérieurs. Les studios extérieurs sont des rues, on s’y croirait, selon la rue que vous prenez vous vous retrouvez en France avec un café, à New York avec les bâtiments ocres avec des escaliers extérieurs ou à Central Park. Oui, désolé de vous décevoir mais la plupart du temps on croirait que le film est tourné dans telle ville, mais la plupart du temps ce sont simplement dans des studios préfabriqués pour le film. Oui car chaque bâtiment a une façade qui peut être modulé selon le film. Vous pouvez mettre du papier peint en brique, ou en bois, pour accentuer telle ou telle ambiance ou époque.

DSC03117

DSC03110

On voit aussi les salles d’enregistrement de musique, de bruitages, les studios télévisés (notamment celui de Jeopardy, très connu aux USA, c’est type « roue de la fortune » chez nous). Je suis impressionné par le nombre de gens qui travaille dans les studios. En fait quand on voit un film, on voit les acteurs, le réalisateur, quelque fois les compositeurs de la B.O, mais on ne pense pas à tout ces gens qui construise les décors, conceptualise les costumes, imagine les scènes, créée les accessoires,…L’industrie du cinéma c’est énorme ! Et je m’en suis vraiment rendue compte en visitant les studios (Sony sera la premier, suivra Warner Studio et Universal).
L’après midi, toujours avec notre super carte, on loue des vélos pour faire le bord de mer : de Santa Monica à Venice Beach en passant par les canaux. Pour la petite histoire, pourquoi ce quartier s’appelle Venice, car au début du XX°siècle un milliardaire, amoureux de Venise en Italie et vivant à Los Angeles a voulu transposé cette ville à L.A. Donc il a construit des canaux. Voilà pour la petite histoire.

DSC03213

En longeant la côte, et en observant les gens, je me suis dis qu’il faisait vraiment bon de vivre ici. C’est un peu le côté de Los Angeles où les gens prennent soin d’eux, courentt, font du vélo, mangeaient bio et végétarien, pratiquent la méditation,…Très peu d’obèse sur ce côté-là. Je voyais des surfeurs, des gens jouaient au beach volley, ou faisaient du skate dans le grand skate park de Venice. Ouais, il doit vraiment faire bon de vivre là

DSC03171
En s’approchant du skate park, Kelly m’arrête net. Je vois sur ma gauche, une ambulance silencieuse avec de la fumée et des pompiers. Wahou, je me dis que ça doit être un sacré accident, mais il n’y a pas de bruit. En m’approchant, je m’aperçois que je suis en train d’assister à un tournage de série, qui est en plus connue, puisque c’est la série NCIS L.A. Un belge à côté de moi m’explique tout ça, et les acteurs qui sont là (oui car moi appart Desperate Housewises, les séries je ne regarde pas). Un mec de la sécurité nous dit simplement de ne pas publier les photos que l’on prend sur les réseaux sociaux, car l’épisode doit sortir dans 6 semaines sur la TV américaine…Il a dit ça sur un air « bon je vous le dis parce que c’est mon job, mais je sais très bien que vous allez le faire ».

DSC03149

Assister à un tournage est assez marrant car ça casse vraiment le mythe. Je vois ce que c’est que du faux sang, que sur un tournage il y a au moins une quarantaine de personne alors que la scène se tourne juste avec deux acteurs principaux et quatre figurants, les acteurs doivent tournez la même scène 5 fois de suite (et la scène, sans vous mentir, c’était juste marcher et dire 3 mots). Mais ce qui m’a le plus surpris c’est de pouvoir assister à un tournage d’une série mondialement connue dans une simplicité extrême : pas de barrière de sécurité, les gens étaient respectueux quand le tournage commençait, pas de groupie, les acteurs ont pris des photos avec les gens. Incroyable, vraiment !


Voici les deux principaux acteurs de NCIS, vu sur Venice Beach !
En continuant sur la piste cyclable, on assistera à 2 autres tournages, dont un où on nous a demandé de participer en tant que figurant, à condition d’avoir d’être de Californie ! Too bad for us ! Et un autre était sur la plage. Pour sûr, je suis bien à Los Angeles, et je n’en reviens pas de la chance qu’on a ! Sur la route, on croise des greens doctors, des véritables médecins qui vous font des prescriptions de marijuana pour 40$. On voit ressortir un papi, content, avec son ordonnance.
Mes premières impressions de L.A, lors de mes différents transferts étaient vraiment mauvaises. Mais, je confirme, L.A c’est grand, énorme, une pieuvre. Chaque quartier à son charme, sa spécificité, sa laideur. Le bord de mer est définitivement un endroit adorable, où les gens vivent de manière un peu bohème et simplement (bon la simplicité dans des maisons valant parfois des millions de dollars). Je pense que ça reste mon quartier préféré. La suite (la partie II) concernera….Hollywood !

DSC03179

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s