If you’re going to San Francisco…Part 2

« Summertime will be loving there… » Bon promis je vous refais pas la chanson. Autant vous dire que j’ai de la chance. Je crois que c’est un des mots que j’ai le plus employé ici « lucky ». J’ai eu un temps parfait. Il faisait beau tout le temps, chaud mais pas trop, et avec un leger vent. On a pas arrêter de me dire que je suis une « lucky girl » car la semaine avant ma venue il pleuvait. Yes, I’m lucky girl.

Le surlendemain de ma venue, avec Joanna l’anglaise et Madeleine l’allemande, on a loué des vélos et traversés le Golden Gate Bridge en longeant la baie jusqu’à Sausalito. Oui autant vous dire que c’était magnifique, touristique, mais magnifique.
On a pu, sans problème, admirer le Golden Gate sans son « fog » (=brouillard) habituel. Encore de la chance !

Sausalito c’est le Beverly Hills de San Francisco en plus bohème. Ici les gens vivent un peu un hippie way of life mais dans des maisons valant plusieurs millions de dollars. Why not ? En tout cas, pour le peu de temps que j’ai passé dans cette petite ville, j’ai adoré.

On prend le ferry pour rentrer sur San Francisco. A notre arrivée, 2 coups de chance : on a pris le dernier ferry sans le savoir, et le magasin de vélo était sur le point de fermer. Lucky, lucky, lucky. Le soir on mange, grâce au conseil du conducteur de taxi, dans un restau dans Chinatown. Miam.

Le dimanche, je m’en vais pour Tenderloin en disant aurevoir à mes copines européennes. Tenderloin c’est le quartier sur liste noire de tout les guide touristiques de San francisco. Je vais vous expliquez pourquoi après. Bref, j’ai décidé de me levez tôt est d’assister à Tenderloin, à ma première messe gospel au Glide Memorial Church. J’entends parler francais devant et derrière moi (bon derrière c’était du quebecois lô), ça faisait longtemps. Les français me prennent même pour une américaine, j’aime bien, je fais genre et je garde mes origines de côté. Alors si je devais résumer ma première messe gospel en un seul mot je dirai … LARMES ! J’ai pleuré tout le long, je me demandais si c’était normal ou si c’était mes hormones féminines qui étaient un peu trop sensibles. Ben oui, apparamment j’étais normale puisque une bénévole se baladait dans l’église pour distribuer des mouchoirs à qui en avait besoin. Snif. Alors autant vous dire que quand j’ai assisté à cette messe, j’avais envie de me convertir de suite. C’était si beau, si enjoué. On se sert dans les bras même si on se connait pas, on se souhaite plein de bonnes choses entre inconnus et à la fin une personne vient raconter son histoire et sa rencontre avec Dieu. Alors là c’était une jeune femme homosexuelle qui était avant SDF, et grâce à sa rencontre avec Dieu, elle s’en ai sorti et a rencontré la femme de sa vie (oui là aussi j’ai pleuré). En parlant d’homosexualité, un truc qui m’a vraiment étonné (mais bon on est aux USA, et encore plus à San Francisco donc plus rien ne m’étonne maintenant), il y avait des travestis dans le choeur gospel et beaucoup d’homosexuels dans l’église. Euhhhhh….imaginez une messe chez nous avec des travestis et des homosexuels ? Donc vive San Francisco et son ouverture !

Le midi après la messe, je suis allée rejoindre ma couchsurfeuse. Alors pour ceux qui connaisse par le couchsurfing et bien shame on you. C’est THE site à connaître lorsque l’on voyage. Ca permet de rencontrer des locaux, de dormir chez eux, de juste passer des moments inoubliables. Donc ma couchsurfeuse habite dans la fameux quartier de Tenderloin, au 6 ème étage. Alors déjà je lui annonce cash que je suis claustrophobe et que je ne prends pas l’ascenceur. Et là, elle est morte de rire et me dit que c’est super, comme ça elle fera de l’excercice. Bon une fois de plus, je rencontre des gens vraiment trop cools, parce que faire 6 étages, c’est pas facile (et à qui le dit tu, j’avais 15kg sur le dos ^^). On arrive chez elle et là je vois pleins d’affiches ou de livres militants, plein de livre sur différentes langues et un grand poster « free palestine ». Bon là, je me dis, que probablement on aura des choses à se dire. Et effictivement on parlera pendant des heures de musique, des Etats-Unis, de Bush, du 11 septembre, des guerres, de la Palestine, du mouvement homosexuel,….et tout ça en anglais (wahou je suis trop fière). Elle a 10 tatouages sur elle dont un qui est le drapeau palestinien (militante dans la peau, c’est le cas de le dire). Et elle m’a fait beaucoup rire parce que elle arrêtais pas de répéter « oh les américains sont des gens tellement bêtes, pourquoi je suis née ici, j’aurai pu être née n’importe mais pourquoi ici, fu*k ». Moi je les aime bien les américains, bon certes, ils sont nuls en géographie, croient la plupart du temps que l’Europe et l’Afrique sont des pays, et sont un peu centrés sur eux-mêmes, mais bon, jusque là je les trouve cool.

Kelsey est vraiment une personne incroyable et vraiment drôle. On passe notre journée dans le quartier de Mission District (le quartier des artistes avec pleins de « murals »), Castro (le quartier gay) et ont monte jusqu’au Twin Peaks à pieds (ce sont deux collines, les plus hautes de San Francisco avec une vue incroyable). Oui à pieds. OUI A PIEDS. Alors je suis sûr qu’ont peut être dans le Guiness des records. Car tout le monde, sans exception, monte au Twin Peaks en voiture ou en bus. Nous on est un peu tarés, un peu pauvres, et un peu non-conformes. Donc après de longues heures de marche et toujours pas arrivée à destination, je lui demande « mais où elles sont les Twins Towers » ? Et là explosion de rire. Oui lapsus ou pas, on a tellement parlé du 11 septembre que j’ai dit les Twins Towers. Alors du coup Kelsey me donne une pierre blanche et me demande de marquer un truc par terre à la craie pour laisser une trace de moi. Du coup j’ai marqué :


It’s hard to go to the Twins Towers


Depuis les Twins Peaks

La journée se termine parfaitement et je me fais inviter par un de ces copains, marocains (oui oui) qui étudie à San Francisco et qui nous paye un resto japonais. L’image est parfaite : je suis, moi Sarah française, à San Francisco, je mange japonais avec un marocain qui vit aux USA et une américaine qui rêve de vivre en Grèce. C’est pas beau la diversité ?
Kelsey part à l’Université tôt le lendemain, alors elle me laisse les clés de son appart’ et me dis que je peut repasser quand je veux récupérer mes affaires. Bon encore une fois, j’ai envie de pleuré face à tant d’hospitalité.

J’ai pas oublié un truc ? A si, de vous parler du quartier de Tenderloin. C’est le quartier « chaud » selon les habitants de S.F et des guides touristiques. J’y suis restée deux jours. Alors pourquoi « chaud »? Parce qu’il y a beaucoup de SDF. Beaucoup, genre tout le long des trottoirs. C’est assez impressionnant et ça en dit long sur l’American Dream. Mais à AUCUN moment je me suis sentie en danger ou en insécurité. La plupart du temps, quelques SDF peuvent t’accoster et juste venir te parler…Si c’est ça un quartier chaud… Bref Tenderloin n’est pas le quartier le plus sympa qu’il soit, certes, mais ça permet de voir le revers de San Francisco. Et je suis heureuse d’être aller là-bas, ça m’a remis à ma place.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s